Disponible prochainement

De l'art contre les exclusions

→ Créer de l’espace commun dans la rencontre avec les autres

Au‑delà des propositions naturellement accessibles, Malakoff scène nationale adapte des spectacles pour les personnes en situation de handicap sensoriel. Afin de pérenniser l’accessibilité à notre programmation pour les déficients visuels, une personne du pôle Publics est formée à l’audiodescription (Saint‑Félix). La scène nationale est par ailleurs soucieuse d’accueillir les spectateurs handicapés moteur ou psychique et mène des ateliers avec les bénéficiaires de plusieurs structures comme le foyer Darty ou Les Ateliers 18. Elle tisse également des liens avec celles du champ social, judiciaire ou de réinsertion en proposant des parcours sur mesure. Vous pouvez accompagner cette démarche sociale avec les billets solidaires.

—› Depuis 12 ans Malakoff Scène Nationale s’engage auprès de l’hôpital de jour des Ateliers 18 pour permettre aux patients d’assister à des spectacles, d’échanger avec des artistes et de pratiquer à leurs côtés. Du théâtre à la musique, de la marionnette aux arts plastiques, les projets se succèdent et les rencontrent se multiplient. Aujourd’hui, nous avions envie de partager avec vous la rencontre avec la musicienne Anne Paceo à la suite de son concert Bright Shadows, présenté sur le plateau du Théâtre 71 le 13 octobre dernier. Cette rencontre a été possible grâce au dispositif « Culture à l’Hôpital » de la DRAC ile de France et de l’ARS (Agence régionale de santé) et à l’association Musiques Tangentes de Malakoff.

Retour sur la rencontre avec Anne Paceo par Pierre-Yves Seguin, infirmier au sein de l’hôpital de jour « Les Ateliers 18 »

› Qu’est-ce que la présence d’un artiste au sein de votre structure vous apporte pendant cette période si particulière ?
La venue d’Anne Paceo nous a permis de sortir du quotidien de l’hopital de jour. Le fait que l’atelier se passe dans l’école de Musiques Tangentes nous permet de renouer avec ce lieu qui est, pour les patients comme pour ma part, chargé de bons souvenirs des différents ateliers que l’on a pu y mener avec différents artistes. Les patients perdent leur statut de patient pour devenir musiciens, suivant une masterclass avec une artiste de renommée internationale.

› Comment l’atelier se déroule-t-il ?
Anne Paceo nous a rejoint dans la salle de répétition de Musiques Tangentes, dans laquelle nous avions apporté une partie de notre instrumentarium. C’est un lieu que les patients connaissent, ils y sont à l’aise. Elle s’est installée à la batterie, nous faisions cercle autour (afin de respecter les distances), elle a commencé par nous jouer un morceau de batterie puis nous a raconté son histoire avec la musique, beaucoup de choses faisaient sens pour les différentes personnes. S’en est suivi une des questions, une discussion et enfin des petits jeux musicaux. Nous avons même pu lui proposer d’écouter un de nos morceaux, pour lequel ils ont été très professionnels.

› Comment les participants perçoivent cette intervention ?
L’idée de recevoir des artistes et intervenants et vraiment quelque chose de très motivant pour eux, cela permet de sortir du quotidien, c’est une étape dans l’année, cette rencontre était le début du projet culture à l’hopital, qui va durer sur au moins une année avec un travail de fond sur la pratique musicale et la presence scenique ainsi que la création d’instruments.

› D’après-vous, qu’est-ce que cet atelier a procuré aux participants ?
Cet atelier leur a procuré beaucoup de plaisir, il a permis a des personnes de s’inscrire sur la durée en étant un objectif de plusieurs séances, de leur permettre de se dépasser pour sortir le soir venir voir le concert, s’inscrire dans la regularité.

› En quoi ces ateliers ont pu nourrir votre travail au quotidien ?
Ces ateliers nourrissent notre pratique quotidienne en amont par la preparation de la rencontre et en aval par la remémoration de ce qui s’est dit, de ce qui s’est fait etc