Disponible prochainement

Fondée en 1990…

L’As­so­cia­tion des Scènes natio­nales a relancé son acti­vité à l’au­tomne 2009 à l’ini­tia­tive de quelques direc­teurs et prési­dents soucieux de créer un outil de réflexion exclu­si­ve­ment centré sur les enjeux liés à ce label et dési­reux de mieux en faire connaître l’ac­ti­vité, la diver­sité, la spéci­fi­cité.

La plupart des problé­ma­tiques qui sont débat­tues au sein de l’As­so­cia­tion inté­ressent bien plus large­ment tous les acteurs de la culture, artistes, profes­sion­nels et élus : le soutien à la créa­tion et à la produc­tion, la démo­cra­ti­sa­tion cultu­relle et la connais­sance des publics, le rapport au terri­toire et aux collec­ti­vi­tés locales.

À partir de 2014, l’As­so­cia­tion se struc­ture avec l’ar­ri­vée d’une perma­nente permet­tant entre autres :

—› la coor­di­na­tion du travail de réflexion autour de commis­sions théma­tiques ;
—› le déve­lop­pe­ment de nouveaux outils de commu­ni­ca­tion et plus parti­cu­liè­re­ment la mise en place d’un site/portail ;
—› l’im­pul­sion d’une concer­ta­tion élar­gie et d’une dyna­mique commune avec d’autres réseaux implan­tés sur le terri­toire ;
—› de favo­ri­ser la commu­ni­ca­tion interne du réseau, fédé­rant l’en­semble des Scènes natio­nales pour la mise en oeuvre de mani­fes­ta­tions et/ou d’évé­ne­ments ponc­tuels ;
—› de déve­lop­per la mutua­li­sa­tion de moyens (grou­pe­ment d’achats, forma­tion et jour­nées profes­sion­nel­les…).

En 2019, 70 Scènes natio­nales sont adhé­rentes à l’As­so­cia­tion des Scènes natio­nales.
Pour la saison 2019/2020, des commis­sions et groupes de travail seront réac­ti­vés à partir de la rentrée de septembre.

Pour cela l’as­so­cia­tion initie, anime, coor­donne la mise en place des commis­sions, la consti­tu­tion des groupes de travail.

L’as­so­cia­tion favo­rise les rela­tions avec les diffé­rents services du minis­tère de la Culture, prin­ci­pa­le­ment, et ce en fonc­tion des théma­tiques rete­nues. Elle encou­rage les liens étroits, et les parte­na­riats avec d’autres réseaux label­li­sés ou non. L’as­so­cia­tion renseigne et améliore au quoti­dien ses outils de commu­ni­ca­tion (site inter­net, réseaux sociaux, projet collec­tif de film, nouvelle brochure pour l’in­ter­na­tio­nal etc.)

LE LABEL

La respon­sa­bi­lité artis­tique

Propo­si­tion faite à une popu­la­tion d’une program­ma­tion pluri­dis­ci­pli­naire, établie par le direc­teur qui doit reflé­ter les prin­ci­paux courants de la produc­tion actuelle que ce soit pour le spec­tacle vivant, le cinéma, les arts visuels…
La respon­sa­bi­lité artis­tique des Scènes natio­nales s’exerce à l’égard des artistes eux-mêmes, en faci­li­tant leur travail de recherche et de créa­tion.

La respon­sa­bi­lité profes­sion­nelle

Pour les Scènes natio­nales, au rôle d’exem­pla­rité qu’elles ont joué de manière déter­mi­nante pour l’amé­na­ge­ment cultu­rel du terri­toire s’est donc progres­si­ve­ment substi­tuée une respon­sa­bi­lité nouvelle d’en­traî­ne­ment, d’ani­ma­tion et de réfé­rences pour le vaste paysage de la créa­tion et de la diffu­sion artis­tiques qui les envi­ronne.

La respon­sa­bi­lité publique

Elle se traduit par la consi­dé­ra­tion perma­nente portée à un terri­toire et à sa popu­la­tion, dans toutes leurs compo­santes parti­cu­lières.
Ce terri­toire peut varier, de la taille d’une grande agglo­mé­ra­tion à celle d’un dépar­te­ment, voire au-delà, en fonc­tion de la diver­sité et de l’im­por­tance des parte­na­riats publics noués autour de chaque scène béné­fi­ciaire du label.

Un réseau

74 Scènes natio­nales implan­tées en France métro­po­li­taine et en Outre-mer. Fruit de la rencontre autour d’un lieu, entre une volonté poli­tique locale, des élus et les services de l’État. « Elles mettent en oeuvre leurs projets à partir de complexes archi­tec­tu­raux voués à la rencontre de tous les arts du spec­tacle vivant (théâtre, danse, musique, cirque…) mais aussi, pour bon nombre d’entre elles, des arts visuels (cinéma, arts plas­tiques…) ».
74 direc­trices et direc­teurs (47 hommes – 25 femmes et 2 postes vacants actuel­le­ment) nommés par les conseils d’ad­mi­nis­tra­tion de ces établis­se­ments sur un projet artis­tique et cultu­rel singu­lier.
74 projets artis­tiques diffé­rents, mais un socle commun de missions.
74 équipes consti­tuées de profes­sion­nels (une moyenne de 26 sala­riés perma­nents/ struc­ture) au service du projet, des artistes et de la popu­la­tion. Autant d’op­por­tu­ni­tés de déve­lop­per un travail en réseau et des parte­na­riats, afin d’ac­com­pa­gner et soute­nir la créa­tion pour favo­ri­ser la circu­la­tion des oeuvres en France et à l’étran­ger.
74 budgets et formes de finan­ce­ment: on retrouve très souvent l’in­ter­ven­tion de l’en­semble des collec­ti­vi­tés terri­to­riales pour le fonc­tion­ne­ment des Scènes natio­nales et le déve­lop­pe­ment de leurs acti­vi­tés.

La force d’un réseau…

Rassem­blées en un réseau de diffu­sion, les Scènes natio­nales orga­nisent la circu­la­tion des œuvres du spec­tacle vivant.
En tant que lieu de créa­tion, elles sont des inter­lo­cu­teurs essen­tiels dans le système de produc­tion.
Élevées au rang de réfé­rence natio­nale pour leur projet artis­tique, elles béné­fi­cient d’un rayon­ne­ment sur le plan local, natio­nal, voire inter­na­tio­nal.
Les Scènes natio­nales servent un même projet social et démo­cra­tique en multi­pliant les initia­tives d’ac­tion cultu­relle pour sensi­bi­li­ser le plus grand nombre aux œuvres de la créa­tion contem­po­raine.