Disponible prochainement
piano-3

Sentinelles

d'après Thomas Bernhard, Jean-François Sivadier

Théâtre
me 03 je 04 ve 05 MARS 20:00 Théâtre 71

durée 1h45

Inspiré par Le Naufragé de Thomas Bernhard, Jean‑François Sivadier questionne la figure de l’artiste et joue des ressorts cachés qui régissent les relations entre les êtres, les enjeux profonds de la vocation artistique et sa quête d’absolu.

Voilà presque trente ans que Jean‑François Sivadier propose sa vision éclatante d’un théâtre de troupe joyeusement irrévérencieux, qui cherche, dans chaque représentation, l’occasion de convier acteurs et spectateurs à une fête des sens et de la pensée. Il a aujourd’hui le désir detravailler sur une forme théâtrale plus intime, en se confrontant à l’écriture d’un spectacle pour trois acteurs. Sentinelles n’emprunte à Thomas Bernhard que son sujet, pour réinventer l’histoire de trois pianistes virtuoses, qui se rencontrent dans leur adolescence et deviennent inséparables jusqu’à un certain concours de piano. Aussi dissemblables que complémentaires, chacun des trois admirant chez les deux autres ce qui lui manque, ils vont s’épauler, se combattre dans un jeu d’équilibre délicat d’amitiés et d’exercices de leur art. Une histoire comme un prétexte à interroger les courants violents et antagonistes qui peuvent s’affronter, s’accorder ou se confondre dans le rapport secret que chaque artiste entretient avec le monde.

d’après Le Naufragé de Thomas Bernhard, texte, mise en scène et scénographie Jean‑François Sivadier, avec Vincent Guédon, Julien Romelard, Samy Zerrouki, regard chorégraphique Johanne Saunier, lumières Jean‑Jacques Beaudouin, son Jean‑Louis Imbert, assistant à la mise en scène Rachid Zanouda

Publics en fabrique

Bord de plateau La Figure de l’artiste

je 4 mars à l’issue du spectacle, restez en salle !
La compromission et le déni, l’ambition et l’orgueil, le rêve de fraternité et la rage de vaincre, l’esprit de compétition, la honte, la culpabilité, l’humiliation, l’indignation, le plaisir et la joie, la peur et le désir de plaire… autant dire qu’il y a matière à échanger sur les personnages et avec les artistes.

Production

Production MC93 — Maison de la Culture de Seine‑Saint‑Denis
coproduction Compagnie Italienne avec Orchestre, Le Bateau Feu / Scène nationale de Dunkerque
avec le soutien du ministère de la Culture (en cours)