Disponible prochainement

Vous êtes ici !

Cette saison Mala­koff scène natio­nale a convié l’au­teur Mathieu Simo­net pour mener un grand projet parti­ci­pa­tif : Vous êtes ici.

vous-etes-ici-cover

Après plusieurs mois passés à arpen­ter la ville et récol­ter des centaines de récits, le projet Vous êtes ici est désor­mais entre vos mains : redé­cou­vrez Mala­koff à travers les yeux et les mots de ses habi­tant·es.

Cette carte a été réali­sée par les étudiant·es du DN MADE Graphisme augmenté – J. Prevert, et les enre­gis­tre­ments sonores par le studio Wave.audio, que nous remer­cions toutes et tous chaleu­reu­se­ment pour leur parti­ci­pa­tion au projet !

en parte­na­riat avec la ville de Mala­koff dans le cadre de Mala­koff en fête et avec Paris Habi­tat
— la carte inter­ac­tive et les affiches ont été réali­sées par les étudiant·e·s du
DN MADE de graphisme augmenté du lycée Jacques Prévert de Boulogne-Billan­court
avec le soutien de l’Onda – Office natio­nal de diffu­sion artis­tique

Liste des récits Récits de la zone
Récit
210 avenue Pierre Brossolette

La peste


J’avais dix ans et en rentrant de l’entraînement de foot, je vis mon cousin et ma cousine avec une de nos amies.
On habitait tous les quatre dans la cité à ce moment-là.
Dès qu’ils m’ont remarqué, ils me demandèrent si je pouvais rester dehors avec eux, alors je demandais à ma mère si je pouvais et elle accepta.
Elle prit mes affaires de foot, rentra à la maison et me laissa dehors avec mes deux cousins et notre amie, ils avaient commencé une partie d’un de mes jeux préférés « LA PESTE » : C’est comme un grand chat. Dès qu’on a été touché, on devient chat avec celui qui nous a touché et on doit aller toucher ceux qui n’ont pas été touchés et qui ne sont pas chat. Au lieu d’appeler celui qui nous touche « chat », nous on l’appelle « peste » .


Ma cousine et moi qui étions « peste » avons cherché mon cousin et notre amie partout dans notre cité, derrière et dans les bâtiments, derrière les plantes, les buissons et les voitures puis nous sommes allés vérifier s’ils étaient derrière le bâtiment douze, nous avons regardé derrière le bâtiment dans les cailloux et avons été tellement surpris et choqués que sur le moment présent nous avons crié !  car nous avons vu mon cousin et notre amie… en train de s’embrasser ! C’était une grande nouvelle de savoir qu’ils étaient ensemble et dès qu’ils nous ont remarqués, ils se sont enfuis. Nous avons essayé de les rattraper mais ça aurait été très long…

Philippe

Vous êtes ici – Image de fond